FUSION UNP- CLI A LYON

Publié le par Secrétariat général

2 décembre 2006 : Corps Léger d'Intervention (CLI) fusionne avec l'UNP Lyon : Signature de cette fusion par les deux présidents nationaux.

ALLOCUTION PRONONCEE PAR LE GENERAL (2S) C. PIQUEMAL - Président de l'UNP
 
Cliquer pour télécharger ---> Fichier.PDF 
 
                                                                  
Compte rendu de la céremonie (JC. Houlné) :
 
C'est dans les magnifiques salons du Quartier général Frère de Lyon, qu'un moment important de la vie de L'UNP s'est déroulé devant un parterre d'autorités civiles et militaires. Sous les présidences de Mr GUINET, président national du CLI et du général PIQUEMAL président national de l'UNP, le CLI dans son ensemble a passé le flambeau et tous ses faits de guerre à la section UNP LYON, devenant UNP/CLI LYON.
 Le drapeau  national du CLI sera porté par  l'UNP; Le protocole d'accord et le diplôme de fusion ont été signés par les deux présidents nationaux, sous l'?il embué de Claude Sauze, le président lyonnais.
 Moment historique dans la vie de l'UNP, puisque c'est la première fois dans le monde parachutiste que de grands anciens, combattants héroïques de la 2eme guerre mondiale (lire article sur le CLI) et précurseurs des paras coloniaux , choisissent l'intégration plutôt que le sabordage ou la dissolution. Merci à eux de la confiance accordée à l'UNP.
Pour l'UNP étaient présents : Un imposant carré de bérets rouges, bleus et  les "verts  de toile" du CLI sous les ordres du secrétaire D. Desgeorges, les présidents  J-Y Astier  de St Clair du Rhône, P. Janin de Ain -Bugey, le Général Wabinski délégué régional et J.C Houlné secrétaire général de l'UNP.
JCH
   
"Le CLI : corps léger d?intervention
 L?histoire de ce corps est liée à l?Extrême Orient : La France ayant essuyé quelques revers avec le Japon qui occupe l?Indochine en 1940, décide à l?initiative du général De Gaulle de créer ce corps de commandos.  C?est donc sous le régime de vichy, présent également en Indochine et cohabitant avec l?ennemi, mais cette fois avec le Japon, que De Gaulle décide de se battre pour conserver l?Indochine.
 
En 1943, le CLI est créé en Algérie, en petite Kabylie, à Djidjelli, avec à sa tête le lieutenant-colonel HUARD.
Le groupement de commandos est composé de 1700 volontaires de toutes armes, dont 200 officiers et 500 sous-officiers.
 
Début 1944, afin de préparer une intervention massive du CLI, des éléments précurseurs très réduits sont formés en Inde chez les britanniques dans la Force 136.Leur mission est la préparation de zones de largages et appuis logistiques par des parachutages de nuit avant l?arrivée du CLI.
 
Une action d?éclat devait obligatoirement se produire, mais les japonais frappent les premiers dans la nuit du 9 au 10 mars 1945 : 2119 européens dont un général, dix colonels ou officiers supérieurs et cent quatre vingt huit officiers paient de leur vie leur dévouement au drapeau et l?honneur de leurs armes . Une colonne dirigée par le général Alessandri évacue l?Indochine vers la Chine .
La mission première de parachutage du CLI sur les arrières japonais, devient caduque. Les éléments précurseurs maintiennent leurs positions, assurent la protection de la colonne, mais tous les dépôts d?armes et de munitions sont saisis par les Japonais.
 
Le CLI est rebaptisé 5è RIC, le 1er mai 1945,pour se différencier du CLI britannique, Ceylan Light Infantery. Et les nouveaux brevetés para, formés en juin 45, à Jessore en Inde, s?accordent à se considérer comme les premiers paras coloniaux.
 
Le 6 et le 9 août 1945 explosent les deux bombes atomiques, le Japon capitule le 14 août.
Le CLI-5e RIC continue le combat contre un nouvel ennemi :le Vietminh
Au CLI-5e RIC sont affectés le 1er septembre45, 71 fusiliers marins recrutés en France et brevetés en Angleterre .A ces marins, sont ajoutés 200 coloniaux du CLI-5e RIC, revenant du stage parachutiste au Cachemire pour former le Bataillon SAS Ponchardier (SASB), constitué effectivement le 28 septembre 1945.
Ce Commando, relevant du commandement de l?armée de terre, n?a pas eu la chance de sauter en opération, mais a cependant accompli de grandes missions en Indochine.
 
Titulaire de quatre citations à l?ordre de l?Armée, le CLI-5e RIC est dissous le 1er juillet 1946, pour former l?ossature de deux bataillons de parachutistes coloniaux. Brevetés parachutistes en Inde, à Jessore de 44 à 45,à leur arrivée à Ceylan, ils perçurent l?équipement britannique et le béret de toile verte des commandos de Birmanie."
 
(histoire du CLI -une aventure d?hommes- Alain Bietry)
 

Commenter cet article

BENOIT 02/12/2016 18:12

moi Michel BENOIT rentré au 1 Régiment de Hussards Parachutistes a Tarbes en 1978 a Pau:411573,1980:Brevet SOGH(Saut Ouverture Grande Hauteur)numéro 851 1983:Brevet moniteur numéro 2909 et c'est en 1983 que nous allons nous appelés les Craps(commando recherche action parachutistes),et moi muté en Allemagne en 1988 et ma carrière se stoppera violemment en service le 23/6/94!...rayé du service en 1998 et revenu dans un milieu familiale en 2013!,et a 56 ans en 2016 je veux profiter de la vie! et voyager