UNP260 DROME-ARDECHE : A-G

Publié le par Secrétariat général

PLUIE D’ETOILES SUR CHOMERAC (Ardèche)
 
D’après Edouard Leveugle, maire de Chomérac, quatre Généraux présents à l’assemblée générale de la section Drôme Ardèche, « c’est du jamais vu dans sa cité ».
Accompagné du Gal.Wabinski, délégué régional et de J.C. Houlné, secrétaire général, le Président National, le Général Piquemal présidait cette réunion le 11 février.
Accueillis par le Président Serge Komaroff, les Généraux Bonnet et Chaix rejoignaient ceux déjà cités.
Rehaussaient également de leur présence cette journée, le Lt.Col Potte DMD de l’Ardèche, le Cdt du groupement de gendarmerie, le Col Mazeau, Président honoraire de la section et Monsieur Testud, directeur de l’Onac.
Le rapport moral, le rapport d’activité et le rapport financier présentés par Serge  Komaroff et Henri Roger furent adoptés à l’unanimité.
Deux « sergents recruteurs »  furent désignés, il s’agit de Pascal Redon pour l’Ardèche et Noel Pirart pour la Drôme. Si les activités 2006 furent nombreuses et diverses, celles prévues pour 2007 seront également multiples avec, notamment : une sortie « simulateur de vol », un challenge de raffting, et bien d’autres manifestations plus familiales.
Dans son intervention, le DMD se félicita de l’inter-génération au sein de la section et de la présence de cette dernière aux manifestations patriotiques.
A une question posée par un adhérent sur le « 19 mars », le Général Piquemal rappela la position de l’UNP, et enfonça le clou en affirmant : « qu’aucun adhérent, ni aucun drapeau de l’Union ne devait être présent avec l’association dirigée par le parti de l’étranger ».
Remarquée à nouveau, l’importante délégation de la section de St Clair du Rhône, qui répond présente à toutes les invitations Rhône-Alpines. Une leçon de solidarité à méditer pour celles qui ne se sortent jamais de leur petit confort local.
De l’intervention du Président national, nous retiendrons :
- « L’ag d’une section : bilan du passé mais surtout projection sur l’avenir ;
- avec mépris et indifférence, nous regardons « les roquets qui médisent sur l’histoire des parachutistes » ;
- la nécessité de défendre les valeurs de l’esprit para ;
- le sens de l’honneur individuel et collectif au service de la France ;
- l’esprit de sacrifice ;
- le courage physique et moral, celui qui ne laisse pas de place à la lâcheté et la faiblesse ».
Tout en rappelant les deux moments forts de 2007, à savoir : le Congrès National de l’UNP les 22et 23 juin à CAEN, la ST- Michel à PARIS, le 29 septembre, le Général Piquemal insista sur le recrutement en demandant à ce que chacun d’entre nous amène son filleul.
Un satisfécit fut décerné à Fabrice Vénérati, qui grâce à son action au sein du magasin, aide l’UNP à mieux vivre financièrement.
Un tonique « et par ST Michel … » termina la réunion.
C’est en cortège derrière de nombreux drapeaux que les participants se dirigèrent vers le monument aux morts pour un dépôt de gerbe.
Le Président national s’adressa aux «  Chomoracois » dans ces termes :
Allocution pour la cérémonie du Souvenir
le 11 Février 2006 à CHOMERAC (Ardèche)

Monsieur le maire, monsieur le président, mesdames et messieurs les élus, mon général, mon colonel, monsieur le directeur de l'ONAC, chers camarades parachutistes, mesdames, messieurs, chers amis, je vous salue avec joie, amitié et estime.
Aujourd'hui la commune de Chomérac et bon nombre de ses habitants nous accueillent pour participer à cette cérémonie de la mémoire et du souvenir. Je tiens particulièrement à exprimer toute ma reconnaissance à monsieur le maire, à toutes les choméracoises et choméracois présents qui par leur participation témoignent admiration, estime et considération aux parachutistes de l'UNP. Nous y sommes particulièrement sensibles.
Vous le savez, c'est au milieu des drames, du fracas des armes et des déchirures de la seconde guerre mondiale que se sont illustrés les parachutistes français nés peu avant en 1935 dans l'Armée de l'Air.
Véritables soldats de l'insolite et de l'impossible, voués aux missions les plus risquées et les plus difficiles, ils ont été marqués, sans doute plus que d'autres, par cette tragique période où la France tentait de reprendre son rang et sa liberté et de retrouver son honneur et sa fierté.
De 1940 à 1962, ils n'ont pratiquement pas cessé de combattre dans toutes les circonstances, loin du territoire national et sous les cieux les plus divers en Europe, dans les rizières en Indochine où notamment les meilleurs bataillons paras furent décimés dans la fournaise de Dien Bien Phu. Ensuite ce fut les djebels d'Algérie, puis Suez, la bataille d'Alger, Bizerte. Partout, avec cœur et panache, mais aussi dans la souffrance, le sacrifice, la sueur, les larmes, ils accomplirent sans jamais faillir les missions qui leur avaient été confiées.
Pendant ces 20 ans de guerre beaucoup ont écrit des pages de gloire, d'héroïsme de la longue route des parachutistes qui ont défendu la liberté et une certaine idée de la France. Ils ont donné leur vie, versé leur sang, livré des combats douloureux et meurtriers pour l'honneur de notre Patrie et la grandeur des Armes de la France.
Puis, fidèles à leur aînés, leurs frères d'armes plus jeunes ont continué dans les opérations extérieures à s'illustrer au Tchad, à Kolwezi, au Liban, ou souvenez-vous, le 23 octobre 1983, 58 d'entre eux furent lâchement assassinés dans le terrible attentat suicide du Drakkar.
Faut-il encore citer pour se limiter à l'essentiel l'Irak, la Bosnie, le Kosovo, l'Afghanistan ou sept parachutistes récemment sont tombés dans l'accomplissement de leur devoir ? La liste exhaustive pourrait être encore longue.
Tous ces jeunes d'aujourd'hui ont pris la relève de leurs Anciens sur la voie de l'honneur, du devoir et du sacrifice. Ils continuent partout à assurer des missions dont les autres ne veulent pas.
Ils cultivent le fameux "esprit para" où le sens de l'honneur individuel se confond avec celui de l'honneur de la Patrie, ou le sens de l'Amitié le dispute à celui du sacrifice où le courage physique et moral ne laissent pas de place à la faiblesse, la lâcheté et la médiocrité.
L'UNP a été créée à un moment où cela pouvait paraître un défi, dans le but majeur de recueillir et de garder intacte une certaine image du Para qu'il fallait léguer à l'Histoire ; image faite de droiture, de rigueur, d'efficacité mais aussi de fidélité à la parole donnée et à la raison pour laquelle tant de sacrifices ont été consentis.
A travers l'UNP, nous avons été, nous sommes toujours et nous devons rester les gardiens des valeurs qui traversent toutes les époques, celles de la France éternelle qui a longtemps été le phare du monde.
La sauvegarde de cette image, cette identité et ces fondements a exigé de nos Anciens, au fil des années difficiles qu'ils ont traversées et continuera encore d'exiger de nous, une indépendance totale et une neutralité souvent délicates à comprendre par certains, mais pourtant indispensables pour garantir la pérennité et la force de l'UNP.

Oui, aujourd'hui, fiers de notre passé et résolument tournés vers l'avenir, il convient, jour de mémoire, de souvenir, mais aussi d'émotion et de recueillement, de rendre un vibrant hommage à tous ceux qui nous ont précédés, à ceux qui ont fait don de leur vie et de leur jeunesse à la France et ont porté hauts et fiers ses couleurs dans le monde.
Il convient aussi d'associer à cet hommage les combattants de toutes les guerres tombés au champ d'honneur et particulièrement ceux de Chomérac.
C'est l'honneur des vivants de se souvenir, c'est l'honneur de l'UNP que de témoigner à tous les combattants de toutes les époques, de tous les conflits de toutes les générations son éternelle fidélité et sa profonde reconnaissance.
Général de Corps d'Armée (2S) Christian PIQUEMAL
Président National de l'UNP

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Publié dans Vie des sections UNP

Commenter cet article