Allocution général Piquemal

Publié le par Général (2S) C. Piquemal

Allocution prononcée par le général C. Piquemal lors de l'hommage à l'aspirant Zirnheld, le samedi 17 novembre 2007 au cimetière des Batignolles.

Allocution pour la cérémonie d'Hommage à André Zirnheld le 17 novembre 2007 au cimetière des Batignolles – Général (2S) C. Piquemal
 
Aujourd'hui, en présence de Jean-Michel Zirnheld, son neveu, de Georges Caïtucoli, vice président de la Fondation de la France Libre, ancien SAS, et d'une importante délégation des sections UNP d'Ile de France, nous sommes réunis pour rendre un hommage solennel et fervent à André Zirnheld, auteur de la bouleversante "Prière du para".
Ecrite le 1er avril 1938 alors qu'il était professeur de philosophie à Tunis, ce texte a été retrouvé par un de ses camarades dans une poche de son battle dress. Il venait alors de tomber glorieusement au Champ d'Honneur, entrant dans l’Histoire, dans sa vingt neuvième année, au retour d'un raid sur Sidi-Haneish, près d’El Alamein, le 27 juillet 1942. Il fut enterré en plein désert, sur le rebord de l'Ouadi, dans des escarpements de cinquante centimètres de haut. Le corps reposait dans une cavité été bouchée par des pierres et la tombe était faite avec une croix de bois portant l'inscription gravée au poinçon :
"Aspirant Zirnheld André, mort au champ d'honneur le 27 juillet 1942".
Il repose à présent, ici, au cimetière des Batignolles à Paris.
 
Vous le savez, c'est au milieu des drames, du fracas des armes et des déchirures de la seconde guerre mondiale que se sont illustrés pour la première fois les parachutistes français nés peu avant en 1935 dans l'Armée de l'Air. Ils firent partie des premiers à refuser l'oppression, à prendre les armes pour résister, ne pas subir et libérer notre pays. En rejoignant la France Libre dès juin 1940, André Zirnheld fut un des premiers à se lever, prendre les armes et à combattre jusqu'au sacrifice suprême.
Comme tous ces premiers parachutistes, véritables soldats de l'insolite et de l'impossible, voués aux missions les plus risquées et les plus difficiles,  il a été marqué, sans doute plus que d'autres, par cette tragique période où la France tentait de reprendre son rang et sa liberté et de retrouver son honneur et sa fierté.
Souvenons-nous parachutistes, des SAS de la Crête et du Capitaine Bergé en 1941, des déserts brûlants d'Egypte, de la Lybie, du French Squadron du Spécial Air Service et de la Cyrénaïque en 1942, des 3e et 4e SAS en avril 44 à Amherst, de Saint-Marcel et du colonel Bourgoin en juin 44. Tous ces paras se sont magnifiquement illustrés et ont été des frères d'armes d'André Zirnheld.
 
A l'origine, le texte trouvé sur André Zirnheld s'intitulait "Prière", mais il fut très vite adopté par les parachutistes qui, d'emblée, y retrouvèrent l'écho de leur âme : ce mélange d'abnégation orgueilleuse, de doute et de fureur, de désenchantement et de foi. Cette prière exprime en effet aussi parfaitement que possible l'esprit parachutiste. Et, près d'un demi -siècle plus tard, dans un monde et un environnement différents, il n'y a rien à y changer.
Elle est devenue cet étendard déchiré aux vents de tant de combats, ce credo douloureux qui sent le sable et la poudre.
 
Ce texte hors du commun, loin des considérations ordinaires ne peut que nous remuer, nous secouer en frappant de plein fouet, nos passions, nos rêves et nos peurs. Il exalte en nous les plus grandes vertus parachutistes : sens de l'honneur individuel qui se confond avec celui de la Patrie, sens de l'amitié qui le dispute à celui de sacrifice, courage physique et moral qui ne laisse pas de place à la lâcheté, la médiocrité et la faiblesse.
 
Incarnant l'idéal d'une existence donnée sans restriction pour le service de la France et la défense de la liberté, quoi qu'il en coûte, il témoigne et atteste comment les vertus chevaleresques peuvent continuer à vivre en nos temps si prosaïques. Il met en exergue le souvenir et la mémoire des héros du passé et ne peut que nous servir de guide et d'exemple dans les combats qui nous attendent aujourd'hui et demain…
N'oublions jamais que "l'Esprit para ” qu'incarne André Zirnheld est un style de vie, une manière d’être qui trouve ses fondements et son expression dans la volonté de vaincre, de se surpasser, de servir, par fierté de ce que l'on Est et de ce qu'on représente.
Sans cet “esprit para” le parachutiste ne serait qu’un soldat aéroporté.
André Zirnheld nous a légué tout cela : des valeurs fortes et inaltérables et un formidable état d'esprit, communément appelé l'esprit para, où domine la conviction que dans la guerre la parachutiste est appelé à des exigen­ces plus dures, promis à des combats plus difficiles et à des sacrifices plus lourds que les autres. Il sait qu'il lui sera, par définition, demandé plus ou autre chose qu'aux autres. Il sait que l'on attend de lui, de son audace et de son efficacité combattante, l'exploit exceptionnel, l'entreprise téméraire, l'assaut décisif, la défense de positions intenables. Il sait enfin qu'il sera, le jour venu, l'homme des causes perdues et des situations désespérées. Sa foi en lui-même se nourrit de son aptitude à souffrir. Autour de lui, l'ombre de la mort est plus épaisse et plus présente. Ce n'est pas en vain si, chez les parachutistes,  des strophes de la "Prière du para" prennent un accent de particulière gravité :
Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste. Donnez-moi ce que l'on ne vous demande jamais et encore "Je m'adresse à vous, Mon Dieu, car Vous seul donnez
Ce qu'on ne peut obtenir que de soi..."
 
En plus de l'esprit de corps et de communauté fraternelle, du culte du risque et de l'audace, du mépris des valeurs de sécurité et de confort, de l'acceptation du sacrifice et de la mort André Zirnheld nous a transmis en héritage l'éthique parachutiste. Cette éthique s'ins­crit souvent en opposition avec le code dominant d'usages, de pensées et de sentiments qui est au­jourd'hui celui des sociétés modernes de l'Occident. Elle peut apparaître dans une large mesure comme l'expression d'un défi. Mais c'est en cela même peut-être que, par un inévitable para­doxe, cette éthique parle toujours si puissamment aux imaginations et aux cœurs, notamment des jeunes.
L'UNP a été créée à un moment où cela pouvait paraître un défi, dans le but majeur de recueillir et de garder intacte  l'image du Para qu'André Zirnheld par sa prière à léguer à l'Histoire ; image faite de droiture, de rigueur, d'efficacité mais aussi de fidélité à la parole donnée et à la raison pour laquelle tant de sacrifices ont été consentis.
A travers l'UNP, nous avons été, nous sommes toujours et nous devons rester les gardiens des valeurs qui traversent toutes les époques, celles de la France éternelle qui a longtemps été le phare du monde.
Oui, aujourd'hui, fiers de notre passé et résolument tournés vers l'avenir, il convient, jour de mémoire, de souvenir, mais aussi d'émotion et de recueillement, de rendre d'abord un vibrant hommage à André Zirnheld, notre frère d'armes qui fait partie intégrante de la mémoire de notre peuple, mais aussi à tous ceux qui nous ont précédés, à ceux qui ont fait don de leur vie et de leur jeunesse à la France et ont porté "haut et fier" ses couleurs dans le monde.
Que la Patrie se souvienne toujours de tous ceux qui n'ont jamais rien demandé.
Dans le recueillement et la solennité, écoutons à présent l'émouvante prière qu'André Zirnheld a laissé à l'Histoire et aux parachutistes.
 
Général (2S) C. Piquemal
Président national UNP

Commenter cet article